À propos
La Plateforme interreligieuse de Genève (PFIR) est une association sans but lucratif dont la mission consiste à valoriser la diversité et le dialogue interreligieux dans le canton de Genève et sa région.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Association, réseau d’acteurs et de partenaires, mais aussi média, la PFIR n’est pas une organisation religieuse : elle est ouverte à tous, croyants et non-croyants, entités religieuses et spirituelles, individus. La dimension humaine, le respect des convictions de chacune et chacun traversent l’ensemble des messages et des activités de notre association depuis plus de 25 ans.

Nous, membres collectifs et individuels de la Plateforme interreligieuse de Genève rassemblée depuis 1992, conscients de : 

la richesse du dialogue entre les religions, spiritualités et sensibilités philosophiques diverses

notre responsabilité face aux enjeux spirituels, sociaux, économiques et environnementaux actuels,

la nécessité de contribuer à la réflexion et au partage des savoirs et des expériences afin de relever ces défis,

l’importance de développer des liens entre les différentes composantes de la société,

affirmons notre volonté de :

pratiquer un dialogue bienveillant dans un esprit d’ouverture,

mettre en œuvre les valeurs de paix, de solidarité et de partenariat qui nous fédèrent,

développer une éthique sociale et bâtir un socle d’actions communes et intergénérationnelles afin de contribuer au « mieux vivre-ensemble »,

promouvoir une parole commune et publique porteuse de ces valeurs.


Charte adoptée le 17 juin 2014 par l’Assemblée générale de la PFIR.

Statuts révisés le 5 mars 2019

Article 1 : constitution et nom

Sous la dénomination de « Plateforme interreligieuse de Genève » (ci-après « la Plateforme »), il est constitué une association sans but lucratif (ci-après « l’association »), régie par les présents Statuts et subsidiairement par les articles 60 et suivants du Code civil suisse (CCS).

Article 2 : siège et durée

Le siège de l’association est à Genève, à l’adresse du secrétariat de la Plateforme.
Sa durée est indéterminée.

Article 3 : buts

  • Les buts de l’association sont, conformément à la Charte de la Plateforme du 17 juin 2014 (ci-après « Charte »), les suivants :

  • Créer les conditions d’un véritable dialogue interreligieux entre les membres de l’association et au sein de la société civile ;

  • Susciter une dynamique de communication entre les entités religieuses à Genève et dans sa région ;

  • Entreprendre et réaliser des projets communs et répondre aux demandes dans le domaine interreligieux ;

  • S’engager en faveur de l’équité et de la paix.

Article 4 : membres

1. L’association est composée de membres collectifs, individuels, associés ou d’honneur.

a.       Est membre collectif l’entité religieuse, domiciliée et active à Genève ou dans sa région, qui aura souscrit à la Charte et dont la candidature motivée aura été acceptée par le Comité, selon les modalités indiquées à l’al. 2 ci-dessous.

b.       Est membre individuel toute personne physique au bénéfice des droits civils, domiciliée à Genève ou dans la région, qui aura souscrit à la Charte et dont la candidature aura été acceptée par le Comité, selon les modalités indiquées à l’al. 2 ci-dessous.

c.       Est membre associé l’entité qui, sans être membre collectif de l’association, est disposée à collaborer avec celle-ci sur des objets ou pour des objectifs ponctuels et limités et ce, en cohérence avec la Charte et les Statuts de la Plateforme et dont la candidature aura été acceptée par le Comité, selon les modalités indiquées à l’al. 2 ci-dessous.

d.       Est membre d’honneur, toute personne qui, sollicitée par le Bureau du Comité et ayant souscrit à la Charte, est acceptée par l’AG.

2. Toute candidature doit d’abord être présentée au Comité par un membre de celui-ci, après avoir recueilli l’avis du Bureau. Le Comité se prononce sur la candidature lors d’une séance suivant celle où celle-ci a été présentée. La décision du Comité ne devient définitive qu’après ratification à l’AG suivante.

3. Les membres collectifs et les membres individuels disposent d’un droit de vote égal (une voix indépendamment de la taille de l’entité concernée) à l’AG ; au Comité, seuls les membres collectifs ont un droit de vote délibératif, alors que les membres individuels ne disposent que d’un droit de vote consultatif.

4. Les membres collectifs et les membres individuels s’acquittent d’une cotisation annuelle fixée par l’AG (selon le barème y relatif visé à l’art.6, al. 11, ci-dessous).

5. Seuls les membres qui sont à jour dans le paiement de leur cotisation peuvent exercer leur droit de vote.

Article 5 : organes statutaires

Les organes de l’association sont :

a.       l’Assemblée générale ;
b.       le Comité ;
c.       l’Organe de révision.

Article 6 : Assemblée générale

1. L’Assemblée Générale (« AG ») est l’organe suprême de l’association.

2. L’AG se réunit une fois par an, avant le 31 octobre. Elle est présidée par le président de l’association. En cas d’absence du président, elle est présidée par le vice-président. En cas d’absence de ces deux personnes, l’assemblée élit un président en son sein pour présider l’AG.

3. Une AG extraordinaire peut être convoquée à la demande du Comité ou d’un cinquième des membres de l’association. Elle doit être tenue dans un délai maximum de 60 jours à compter de la réception de la demande.

4. Les convocations à l’AG sont adressées par le Bureau du Comité, par lettre ou courrier électronique, avec l’ordre du jour (OJ) à chaque membre, au moins 21 jours à l’avance. La documentation usuelle (par exemple rapport d’activité, comptes et rapport du trésorier, rapport de l’organe de révision) est mise à disposition des membres de l’association, au plus tard lors de l’assemblée.

5. Les propositions d’objets à porter à l’OJ émanant des membres doivent parvenir par écrit au Bureau du Comité au plus tard 30 jours avant la tenue de l’AG. Le Bureau modifie l’OJ en conséquence.

6. L’OJ peut être modifié formellement en début de séance par décision de la majorité des membres présents. Toutefois les objets ajoutés ou non-inscrits à l’OJ communiqué conformément à l’al. 4 ci-dessus, ne peuvent faire l’objet d’un vote ni d’une décision formelle, lors de cette même AG.

7. Le mode de fonctionnement souhaité est la recherche de consensus. Toutefois, si ce processus ne permet pas d’aboutir à une décision, il est procédé à un vote. Sauf indication contraire des Statuts, les décisions de l’AG sont alors prises à la majorité simple des membres présents ou représentés ayant un droit de vote délibératif, en principe à main levée.

8. L’AG se prononce sur la révision totale des Statuts à la majorité qualifiée des membres présents ou représentés (par procuration) ayant un droit de vote délibératif.

9. L’AG élit les membres du Comité, lequel est composé de membres collectifs ainsi que de membres individuels, sur la base d’une liste établie par le Comité (et sur laquelle figureront les noms du délégué titulaire et de son suppléant qui auront été préalablement communiqués au Comité).

La durée du mandat est de 3 (trois) ans. Il est renouvelable en principe deux fois.

En élisant le Comité, l’AG veille à ce que les traditions religieuses présentes à Genève soient équitablement représentées en son sein et à ce que la parité homme-femme soit activement recherchée.

Par ce même scrutin, l’AG élit simultanément le président et le vice-président de l’association, dont les fonctions et noms figurent en tant que tels sur la liste établie par le Comité.

10. En cas de démission, d’exclusion ou de décès d’un membre, le Comité peut proposer un nouveau candidat à l’AG suivante, qui se prononce alors sur cette candidature.

11. L’AG fixe chaque année le barème des cotisations annuelles des membres collectifs et individuels. La cotisation est payable au 31 août de l’année précédente pour l’année en cours. Le non-paiement de la cotisation a pour effet de suspendre le droit de vote du membre concerné.

12. L’AG approuve les états financiers (bilan et CPP) de l’exercice, de même que le rapport du Comité et celui de l’organe de révision.

Article 7 : Comité et Bureau

1. Le Comité est composé :

a. en principe, d’un délégué titulaire par membre collectif élu conformément à l’art. 6 al. 9 ci-dessus (selon liste tenue par le Bureau de l’association), qui représente l’entité concernée et vote en son nom. En cas d’absence ou de vacance ou pour tout autre raison, le délégué titulaire est remplacé par son suppléant.

b. de membres individuels élus conformément à l’art. 6 al. 9 ci-dessus. Les membres individuels n’ont pas de suppléant.

2. Les délégués titulaires des membres collectifs ont voix délibérative ; les membres individuels ont voix consultative, dans le cadre des délibérations du Comité. En l’absence du titulaire, le suppléant exerce le droit de vote du titulaire. Lorsque le titulaire et le suppléant sont tous deux présents, ce dernier ne peut participer au vote qu’avec voix consultative.

3.  La non-représentation d’un membre collectif au Comité par un délégué, n’affecte pas la validité de la constitution du Comité et de ses décisions. Les décisions du Comité se prennent par consensus. Toutefois, en cas d’absence de consensus, les décisions sont prises à la majorité simple des membres présents (délégués titulaires ou leurs suppléants si titulaires absents) ayant voix délibérative.

4.  L’OJ des séances du Comité est établi et communiqué aux membres par le Bureau constitué comme ci-dessous, au moins 15 jours avant la séance. L’OJ peut être modifié formellement en début de séance par décision de la majorité des membres présents ayant droit de vote délibératif. Toutefois, les objets ajoutés ou non-inscrits à l’OJ communiqué conformément à l’al. 3 ci-après, ne peuvent faire l’objet d’un vote ni d’une décision formelle lors de cette même séance.

5. Le Comité désigne un Bureau composé de deux personnes prises en son sein pour assurer respectivement les charges et fonctions de trésorier et de secrétaire de l’association, ainsi que deux ou trois personnes sans attribution particulière. Ces personnes constituent, avec le président et le vice-président, le Bureau.

6. Le Bureau est l’instance exécutive. Il est notamment chargé, sous l’autorité du Comité, de gérer les affaires courantes et/ou urgentes, d’assurer la correspondance et la communication, de préparer les dossiers et les séances du Comité, de convoquer celles-ci, d’en établir l’OJ, de rédiger les procès-verbaux des séances du Comité et de l’AG. Le Bureau adopte son règlement de fonctionnement interne.

7. Le Bureau est notamment chargé de l’engagement, au nom de la Plateforme, des employés rémunérés par l’association, après avoir obtenu l’accord de principe du Comité. Les employés sont directement subordonnés au Bureau et rapportent à celui-ci.

8. Le Comité est responsable, sur délégation de l’AG ou sur mandat de celle-ci, des options stratégiques et des questions de politique générale de la Plateforme. Il assume toutes les compétences qui ne sont pas attribuées expressément à un autre organe. Le Comité peut s’appuyer sur des groupes de travail ou d’étude ou sur des commissions permanentes ou ponctuelles pour faire avancer des projets ou des réflexions. Ces groupes ou commissions sont constitués par lui et il peut y adjoindre des experts extérieurs.

9. Le Comité se réunit autant de fois que nécessaire ou utile, mais en tous cas au minimum quatre fois durant un exercice civil. Il tient un procès-verbal de séance dressé par le secrétaire et approuvé à la séance suivante.

10. Le Comité représente la Plateforme auprès des entités religieuses membres ou non de la Plateforme, auprès des responsables issus de la société civile (institutions diverses, actives notamment dans le domaine spirituel, caritatif, social et culturel) et auprès des autorités politiques de Genève ou d’ailleurs. Le Comité peut déléguer ces tâches de représentation au Bureau. Cette représentation se fait dans le respect déclaré de chaque entité.

11. Le Comité est, en outre, chargé de :

a.       prendre toute initiative ou toute mesure utile pour atteindre les buts visés à l’art. 3 ci-dessus;
b.       convoquer les AG ordinaire et extraordinaire ;
c.       informer l’AG des décisions prises par le Comité et relatives à l’admission, à la démission et à l’exclusion de membres ;
d.       veiller à l’application des statuts et de soumettre à l’AG toute révision partielle ou totale de ceux-ci pour approbation ;
e.       veiller à la bonne gestion financière et administrative de l’association ;
f.        donner son accord préalable de principe à toute création de poste et à tout engagement de personnel par le Bureau.

12.   Les membres du Comité agissent à titre strictement bénévole. Ils ne peuvent prétendre qu’au remboursement de leurs frais effectifs, pour autant que ceux-ci aient été préalablement prévus et approuvés par le Comité. Ils se récusent en cas de conflit d’intérêts éventuel, ce qui est noté au procès-verbal de la séance. Dans le cas d’employés rémunérés par l’association, ceux-ci ne peuvent participer aux séances du Comité ou du Bureau qu’avec voix consultative.

Article 8 : organe de révision

L’organe de révision des comptes est composé de deux vérificateurs. Ceux-ci sont nommés par l’AG et sont indépendants du Comité.
La durée de leur mandat est de 2 (deux) ans, renouvelable deux fois.

Article 9 : ressources et finances

1. Les ressources de l’association sont constituées notamment de :

a.       cotisations des membres collectifs et individuels ;
b.       dons et legs ;
c.       rémunérations de services et vente de publications (calendriers interreligieux etc.) ;
d.       tout autre revenu ou contribution.

2. Les ressources servent à couvrir les dépenses courantes et de fonctionnement (loyer, secrétariat, salaire des employés, etc.) et à promouvoir initiatives et projets selon les buts figurant à l’art. 3 des présents Statuts et dans l’esprit de la Charte.

3. La gestion des comptes est confiée au trésorier et contrôlée chaque année par les vérificateurs.

4. L’exercice social (civil) se déroule du 1er septembre au 31 août de l’année suivante.

Article 10 : démission ou exclusion d’un membre (collectif ou individuel)

1. Tout membre peut démissionner de l’association en tout temps, en adressant sa démission par écrit à l’association.

2. Le Comité est compétent pour prononcer l’exclusion d’un membre qui ne respecterait pas les Statuts ou la Charte. Il notifie sa décision par écrit au membre concerné, lequel a la possibilité de faire valoir son point de vue lors de l’AG suivante, laquelle statue en dernier ressort sur son exclusion.

Article 11 : dissolution de l’association

1. La décision de dissolution ne peut être prise que par une AG extraordinaire spécialement convoquée à cet effet. Cette AG décide du mode de scrutin (secret ou à main levée). La décision de dissolution doit être acceptée à la majorité des 3/4 des membres de l’association, selon la liste des membres au moment de cette AG.

2. En cas de dissolution, l’actif disponible est entièrement attribué à une institution genevoise choisie par l’association et dont le but d’intérêt public ou idéal est proche ou similaire à celui de la Plateforme et bénéficiant de l’exonération de l’impôt.

Article 12 : entrée en vigueur

Les présents Statuts ont été adoptés lors de l’AG extraordinaire du mercredi 10 avril 2013.
Ils sont entrés en vigueur le même jour.

Les précédents Statuts du 2 mai 2001 ont été abrogés ipso facto.

Les présents Statuts ont fait l’objet, lors des AG ordinaires des 19 juin 2013, 17 juin 2014, 16 juin 2015, 14 juin 2016 et de l’AG extraordinaire du 5 mars 2019, de révisions partielles entrées immédiatement en vigueur.

 

Au nom de la Plateforme :

Éric Ackermann,
président                                          

Henri Maudet,
secrétaire

Nous avons le plaisir de convoquer les membres de la PFIR à notre prochaine Assemblée générale ordinaire qui aura lieu le

jeudi 29 octobre 2020.

L’association compte actuellement 20 membres collectifs, 2 membres associés et près de 60 membres individuels.

Membres collectifs

BAHA’IS

Communauté baha’ie de Genève
Titulaire : Nicolas JUNOD
Suppléant : Nami MOWLAVI

BOUDDHISTES

Centre bouddhiste international de Genève
Titulaire : Bhante Tawalama DHAMMIKA, moine bouddhiste
Suppléant : Bhante LAKKHANO

Dojo Zen Genève (zen soto)
Titulaire : Vincent Keisen VUILLEMIN, moine zen
Suppléante : Maria Teresa Shogetsu AVILA

Kôsetsu-ji, Genève – communauté bouddhiste zen Sôtô
Titulaire : Cléo Myoko BOREL
Suppléante : Alex Chushin GALLEY

CHRÉTIENS

Église catholique-chrétienne de Genève
Titulaire : Jean LANOY, curé
Suppléante : Aurélie ETHUIN LANOY

Église catholique romaine de Genève 
Titulaire : Claire REGAD
Suppléant : Jean TARDIEU

Église évangélique luthérienne de Genève
Titulaire : Simone SINN, professeure de théologie œcuménique
Suppléant : Marc BLESSING, prédicateur

Église protestante de Genève
Titulaire : Henri MAUDET
Suppléant : Philippe LEU, diacre

Focolari
Titulaire : Jorge FERREIRA
Suppléante : Filomena PEQUITO-PARENTE

Paroisse orthodoxe francophone Sainte Catherine – Sainte Trinité 
Titulaire : Irène BARTHOLDI
Suppléant : Jean-Daniel ZELLER

Quakers (Société des Amis)
Titulaire : Edouard DOMMEN
Suppléant : Ron OCKWELL

HINDOUS

Centre védantique de Genève
Titulaire : Swami AMARANANDA
Suppléante : Râma JONNALAGEDDA

JUIFS

Communauté israélite de Genève
Titulaire : Éric ACKERMANN, ministre officiant
Suppléante : Anita HALASZ

Communauté juive libérale de Genève
Titulaire : François GARAÏ, rabbin
Suppléante : Eve GOBBI-GLÜCKSMANN

MUSULMANS

Association culturelle des Bosniaques de Genève
Titulaire : Hasan MEHMEDOVIC
Suppléant : Semir HIDIC

Association culturelle des musulmans albanophones de Genève (Dituria)
Titulaire : Abdyl-Kadri BEKTESHI
Suppléant : Nexhat DEMIRI

Association islamique et culturelle d’Ahl-el-Bayt de Genève
Titulaire : Vahid KHOSHIDEH
Suppléante : Razieh OLIA

Centre islamique de Genève
Titulaire : Hani RAMADAN, prédicateur
Suppléante : Valérie SOTTAS

Fondation Culturelle Islamique de Genève (mosquée du Petit-Saconnex)
Titulaire : Mohamed LEVRACK
Suppléante : Claude Idris FONTAINE

Fondation de l’entre-connaissance
Titulaire : Hafid OUARDIRI
Suppléant : Ahmed CLINE

Membres associés

Association pour la promotion du dialogue interculturel et interreligieux (APDII)

Aumônerie genevoise œcuménique auprès des requérants d’asile et des réfugiés (AGORA)

Devenir membre

Devenir membre collectif

Les communautés souhaitant se joindre à la Plateforme en tant que membres collectifs sont invitées à remplir le formulaire d’adhésion pour membre collectif. Devenir membre collectif de la Plateforme requiert l’acceptation et la signature de la Charte ainsi que la validation de la candidature par le Comité de la PFIR. Le montant des cotisations vous sera communiqué par notre secrétariat.

Devenir membre individuel

Vous pouvez aussi devenir membre individuel de la Plateforme par le versement d’une cotisation annuelle de CHF 50 (AVS CHF 25) et en nous faisant parvenir le formulaire d’adhésion pour membre individuel. N’oubliez pas la mention « cotisation » dans votre versement !

Origines

La Plateforme interreligieuse de Genève (PFIR) a été fondée en association en 1992 suite à un long processus de discussions et de réunions de ses membres constitués en groupe de dialogue interreligieux depuis 1986, sous l’impulsion historique du Centre protestant d’études et de documentation à Genève et de son responsable, le pasteur Jean-Claude Basset.

Ses membres fondateurs sont la Communauté juive libérale de Genève (GIL), le Centre bouddhiste international de Genève, l’Église protestante de Genève, l’Église catholique romaine à Genève et Hafid Ouardiri, intellectuel musulman de confession sunnite.

Aujourd’hui

La Plateforme réunit actuellement près de 60 membres individuels, 22 membres communautaires et associés regroupant la plupart des tendances religieuses et traditions présentes dans le canton : baha’ís, communautés bouddhistes, chrétiens (catholiques romains, catholiques chrétiens, orthodoxes, protestants réformés et luthériens), quakers (Société des Amis), hindous, juifs traditionalistes et libéraux, musulmans sunnites et chiites.

Au travers de journées de conférence et de dialogue, de visites de centres religieux et spirituels, de célébrations et de publications, la Plateforme interreligieuse de Genève s’efforce d’encourager le respect, l’ouverture et la collaboration entre les croyants des différentes traditions religieuses qui coexistent sur le territoire genevois et à proximité.

Au fil des années, la PFIR a pris sa place dans le paysage culturel genevois, fort riche et varié. Ses membres publient régulièrement des articles d’actualité en lien avec les religions et le dialogue interreligieux. La PFIR organise également de nombreuses manifestations telles des rallyes, conférences et débats, parcours, visites guidées, ateliers en direction des jeunes et des adultes, des communautés religieuses et spirituelles et de tous publics. Centre de ressources sur le dialogue interreligieux à Genève, canton et ville, elle met à la disposition des institutions, écoles, universités, professionnels, communautés qui en font la demande du matériel de formation et de sensibilisation, brochures et dossiers thématiques, expositions itinérantes, calendriers.

Mission

Engagée à défendre la diversité et le dialogue, la PFIR a initié de nouvelles approches et se veut un laboratoire de réflexion sur ce sujet en même temps qu’un carrefour de rencontres et de projets que chaque communauté, groupe ou individu est libre de proposer. Chaque année, depuis 1995, la PFIR participe à la rédaction du calendrier des religions (autrefois interreligieux), délibérément non confessionnel et très riche en textes et photos présentant toutes les traditions du monde. À travers les 9 propositions pour vivre ensemble et se respecter dans la diversité religieuse, elle est la seule organisation à avoir élaboré un outil qui permette de renforcer la cohabitation des communautés et des individus dans une société multireligieuse à l’échelle de toute la Suisse. Elle est consultée pour son expertise dans ce domaine aussi bien par des organismes publics que privés, notamment en matière de résolution des conflits.


LIRE AUSSI

Marguerite Contat,« Le dialogue interreligieux, une nécessité ? », Tribune de Genève, 7.11.2017.

Le paysage religieux en Suisse, site de l’Office fédéral de la statistique (OFS) de la Confédération helvétique.